La bibliothèque engloutie d’Edward Wilson-Lee

La bibliothèque engloutie Christophe Colomb eut un fils illégitime prénommé Hernando. Si vous choisissez de mettre vos pas dans les siens en lisant La bibliothèque engloutie d’Edward Wilson-Lee, vous partirez pour une vie d’aventures aussi géographiques qu’intellectuelles. Car Hernando Colomb a fait le voyage vers les Indes avec son père, il a voyagé dans toute l’Europe et fondé une bibliothèque qui à terme, devait contenir tous les livres du monde…

Hernando Colomb était un homme d’action, du genre de ceux qui ne tiennent jamais en place parce qu’ils ont dix idées à la minute. Il adorait classer et compiler, ordonner le monde en quelque sorte. Élevé à la cour des Rois catholiques grâce à la position de son père, c’était un homme très cultivé et très curieux, typique de la Renaissance. Il n’était qu’un adolescent quand il s’est embarqué pour l’Amérique mais ce voyage fut capital pour lui et pour nous aujourd’hui encore. Car Hernando a écrit la biographie de son père et c’est grâce à elle que nous le connaissons. Le fils n’ayant eu de cesse de redorer le blason terni du père admiré, le texte tient de l’hagiographie mais reste une source de première main. C’est qu’il l’aimait son papa…

Hernando Colomb aimait aussi les livres et pour lui, l’invention encore récente de l’imprimerie fut une aubaine. Mais elle aggravait aussi le caractère illusoire de son projet de bibliothèque universelle : à l’époque déjà, Érasme se plaignait du trop grand nombre de livres publiés…

Existe-t-il un seul endroit sur Terre protégé de ces essaims de nouveaux livres ? Même si, considérés séparément, ils ont quelque intérêt, leur masse à elle seule est un obstacle à l’apprentissage.

Hernando a mené plus d’un projet mais beaucoup furent trop grandioses. Un dictionnaire de latin par exemple, qu’il arrêta à bibo, après tout de même mille cinq cents pages… une cartographie de l’Espagne pour décrire le pays dans ses détails mais les propriétaires fonciers firent obstacle à sa réalisation. Et la fameuse bibliothèque universelle qui devait contenir tous les livres jamais écrits dans toutes les langues du monde. L’ambitieux humaniste parcourut l’Europe entière dans ce but et organisa un réseau d’achats pour faire venir les livres jusqu’à Séville.

L’immense quantité d’ouvrages ainsi amassés engendra rapidement des problèmes techniques qu’on remercie encore Hernando d’avoir résolus. Par exemple, au lieu de les empiler horizontalement les uns sur les autres, il eut l’idée de les poser verticalement sur les étagères : il suffisait d’y penser… Autre problème : comment s’y retrouver, comment savoir ce que contiennent les milliers d’ouvrages de la Biblioteca Colombina ? Hernando engagea des lecteurs chargés d’écrire des résumés pour faciliter les recherches. C’est le Libro de los Epítomes depuis très longtemps disparu ainsi que la plupart des ouvrages qu’il compilait.

Amis chercheurs ne désespérez pas ! Car il y a quelques mois, cet incroyable répertoire a été retrouvé dans une bibliothèque de Copenhague : deux mille pages en très bon état qui listent des ouvrages aujourd’hui disparus. Il est pour certains la seule preuve de leur existence et la seule trace de leur contenu. Magnifique découverte dont on rend compte ici. La bibliothèque engloutie ne l’est donc plus tout à fait.

.

La bibliothèque engloutie : la quête du fils de Christophe Colomb

Edward Wilson-Lee traduit de l’anglais par Séverine Weiss
Paulsen, 2019
ISBN : 978-2-37502-067-8 – 498 pages – 24.90€

The Catalogue Of Shipwrecked Books, parution en Grande-Bretagne : 2018

..

..

..

..

..

6 commentaires sur “La bibliothèque engloutie d’Edward Wilson-Lee

  1. keisha

    Tiens tiens… Une histoire vraie?
    Ceci étant, Paulsen est un éditeur que j’ai en lire de mire

    • Sandrine

      Tout à fait vraie oui, et un homme hyperactif qui a vécu plusieurs vies à la fois !

  2. J’ai vu l’auteur en parler (à St Malo bien sûr) et c’est vrai que ça avait l’air passionnant !!

    • Sandrine

      J’ai eu le plaisir de l’avoir deux fois en débat, quel enthousiaste chez lui et quel homme sympathique : il doit être un prof passionnant.

  3. nathalie

    Mais oui je me souviens des articles sur ce répertoire… les catalogues de bibliothèque ancienne sont passionnants, ils nous permettent de rêver indéfiniment sur leur propriétaire. Je note ce livre, alors, sur un personnage qui a l’air très intéressant.

  4. Un vrai personnage hors du commun. Je suis tentée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *