8 kilomètres de Bruno Masi

8 kilomètresSouvenez-vous, en septembre 1995, Eric Borel âgé de seize ans tue sa mère, son beau-père et son demi-frère à bout portant avec une 22 Long Rifle avant de se rendre au village d’à côté, de faire un carton sur la population et de se suicider. Bilan : quinze personnes tuées de sang froid. Vous ne vous souvenez pas ? Et la tuerie de Columbine dans le Colorado en 1999 ? Oui, elle vous dit forcément quelque chose, à cause des films peut-être. Mais la tuerie de Cuers est oubliée. C’est cet oubli que le journaliste Bruno Masi cherche à comprendre dans 8 kilomètres en plus bien sûr des motivations du jeune tueur.

Les mass murder sont un thème qui fascine autant les cinéastes que les écrivains : ils sont un mystère qu’on cherche à comprendre. Bruno Masi fait référence à plusieurs livres dans cet ouvrage et notamment à Dernier jour sur Terre de David Vann. Il évoque aussi Laëtitia, le roman-enquête d’Ivan Jablonka. La référence vaut comme modèle d’enquête sociologique mais la comparaison s’arrête là car Masi s’intéresse au tueur, pas aux victimes si ce n’est à la famille d’Eric. Car il faut bien passer par un détour familial pour comprendre comment une telle violence peut advenir. Eric Borel s’est acharné sur son jeune demi-frère à coups de talon et sur son beau-père à coup de marteau.

La personnalité et les intentions d’Eric se dessinent petit à petit dans un probable scénario que personne n’a déroulé à l’époque. La presse, les médias ont préféré des schémas archétypaux, du tout fait qu’on répète en boucle sans souvent beaucoup creuser. Le lecteur suit l’enquête de Bruno Masi, basée sur ses doutes, ses questionnements au premier rang desquels : que s’est-il passé dans la tête d’Eric alors qu’il parcourait les 8 kilomètres le séparant des meurtres de sa famille et de la maison de son meilleur ami qu’il va abattre après quelques minutes de discussion ?

La reconstitution de l’épopée meurtrière semble très probable : il sait convaincre. Et s’il le fait c’est parce qu’il prend en compte de nombreux critères, pas seulement un schéma explicatif. Il y a l’histoire familiale bien sûr, et le mal de vivre adolescent, mais aussi le lieu, le pays varois. Sa minutieuse enquête vingt-cinq ans après les faits, sur les lieux et auprès des protagonistes, emporte l’adhésion. Son analyse de l’effacement de ce massacre de la mémoire collective n’est pas moins intéressante, notamment en ce qui concerne le rôle des médias.

Pour lire le début de cet essai.

.

8 kilomètre. Une enquête sur les terres rouges du Var

Bruno Masi
Lattès, 2020
ISBN : 978-2-7036-6628-2 – 317 pages – 19 €

Pour recevoir le dimanche des nouvelles de Tête de lecture…

8 kilomètres de Bruno Masi

8 commentaires sur “8 kilomètres de Bruno Masi

  1. Jamais entendu parler… Il faut dire qu’en septembre 95 je n’étais pas en France… En septembre 2001 non plus mais j’ai quand même capté LA nouvelle

  2. Jamais entendu parler non plus… il faut dire que j’étais à l’université à l’époque et que je n’étais pas très « connectée » à l’époque. Mais je suis fort intriguée… c’est incroyable cette histoire, ces 8 km.

  3. J’avais noté un titre de cet auteur, mais il s’agit d’un roman, que je n’ai d’ailleurs toujours pas lu (La Californie). J’avais lu Laëtitia de Jablonka, et beaucoup aimé, et celui-ci m’intéresse, dans la mesure où il permet de voir « l’autre côté »… Sa démarche semble rappeler un peu celle de Jaenada dans La serpe, non ?

  4. Il va falloir que je demande à mes beaux-parents, qui sont varois…je n’en ai jamais entendu parler!!!! incroyable. Alors que comme tu dis, Colombine, tout le monde ou presque connaît. Hier soir, j’écoutais justement Jablonka dans une rediff d’Affaires sensibles sur l’e meurtre de Laetitia. Très intéressant. En tout cas j’ai très envie de lire ce texte! merci!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut
Send this to a friend
Bonjour,
voici un article à lire sur Tête de lecture : http://yspaddaden.com/2020/03/14/8-kilometres-de-bruno-masi/