De mes nouvelles en podcast

En ces jours au moins tristounets, vous avez peut-être envie qu’on vous chouchoute… Lecteurs et lectrices patentés, apprécieriez-vous qu’on vous raconte des histoires ? De courtes nouvelles, rythmées et intéressantes ? Eh bien justement, je vous ai écrit des nouvelles qu’il n’y a plus qu’à écouter en podcast.

Depuis août dernier, j’en ai écrit plusieurs dizaines, réparties en diverses séries toutes tirées d’histoires vraies :

La série Survivants, disponible sur Deezer, Spotify et Apple podcast. Chaque nouvelle dure environ 4 minutes. Voici le pitch :

Les histoires que nous allons vous raconter sont incroyables, mais pourtant vraies. Des gens comme vous et moi se sont retrouvés dans des situations extrêmes, désespérées, dangereuses, et pourtant, ils s’en sont sortis. Pourquoi ? Comment ? Par leur ingéniosité, leur courage, leur volonté, toutes ses ressources que nous portons en nous et dont nous n’avons pas forcément conscience. Chaque histoire de « Survivants : Histoires vraies » se termine bien. Alors, et vous, dans les mêmes situations que nos héros ordinaires, pensez vous pouvoir vous en sortir ? Ces récits sont la preuve que la vie est parfois jalonnée d’épreuves, mais qu’il existe des moyens de les surmonter, notamment par votre détermination,votre volonté, votre mental, aidé parfois de la chance et du hasard.

C’est dans cette série que vous pourrez par exemple écouter l’histoire du médecin soviétique qui au pôle sud s’est opéré lui-même de l’appendicite (sur Deezer, sur Spotify) ou celle d’Henri Guillaumet, ami de Saint-Exupéry, héros de l’aéropostale qui en 1930 s’est écrasé dans la Cordillère des Andes (sur Deezer ou sur Spotify).

La série Morts insolites, disponible sur Deezer ou Spotify. J’ai écrit toutes les nouvelles de cette série publiées en podcast depuis le 31 août (celle d’avant ne sont pas de moi). Ma toute première m’a été inspirée par la lecture d’un livre de Michel Pastoureau, c’est « Le cochon régicide » (sur Deezer, sur Spotify). J’ai aimé écrire les morts insolites de la grande Histoire, comme celle du roi qui s’est pris un linteau de porte, vous vous souvenez ? Si non, vous pouvez écouter « Les lois de l’architecture sont les mêmes pour tous » sur Deezer ou Spotify.

Pour les amateurs, j’ai aussi commis une série « Paranormal – Histoires vraies » dont chaque épisode dure entre 12 et 18 minutes. Elle est disponible sur Deezer et Spotify.

J’ai sous le coude, en cours de rédaction, une série de portraits de femmes sous un format d’environ 20 minutes. Pour qu’elle soit acceptée par le producteur, il faut que Survivants, la série que j’ai initiée, marche bien. Alors écoutez, partagez, likez et longue vie aux podcasts natifs. Merci !

podcast Studio Minuit
Studio Minuit, créateur de podcasts addictifs

Pour recevoir le dimanche des nouvelles de Tête de lecture…

De mes nouvelles en podcast

17 commentaires sur “De mes nouvelles en podcast

    1. Le côté technique est simple mais incontournable : il faut être inscrit chez Deezer ou Spotify ou Apple podcast, bref : une plateforme de streaming. L’inscription est gratuite. Si tu ne t’abonnes pas, tu entends de la pub. Par exemple, je suis inscrite et abonnée Spotify (10 euros par mois) : j’écoute toute la musique et tous les podcasts que je veux sans limite et sans pub. Je me suis inscrite sur Deezer sans m’abonner, juste pour avoir les liens vers les épisodes : j’entends de la pub avant quasi chaque histoire. La pub ou l’abonnement sont faits pour rémunérer les créateurs : interprètes, musiciens…etc pour la musique, et ceux qui écrivent les histoires, donc moi dorénavant :-), ceux qui les lisent (Florent à la superbe voix) et les produisent, ainsi que les techniciens. Voilà, tu sais tout.

  1. Voilà donc pourquoi tu écrivais moins sur tes lectures… Comme Keisha, je vais poser une question technique : je ne connais et n’utilise que Apple podcast. Tes séries d’histoires ne s’y trouvent pas ?

  2. Je profite de tes explications à Keisha, parce que je suis complètement ignare dans ce domaine. Je vais me pencher sur la question. Voilà donc pourquoi on ne te voyait plus guère 😉

    1. Oui voilà, écrire ces petites histoires prend beaucoup de temps, en plus de l’enseignement et des formations… mais je lis encore les blogs, laissant quelques commentaires ici et là…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut
Send this to a friend