Les enfants sont rois de Delphine de Vigan

Il existe un monde dont vous n’avez peut-être pas idée. Ou peut-être que si. Un monde où les papas et les mamans aiment de tout leur coeur leurs gentils enfants et leur offrent tout ce qu’ils veulent. Un monde où tous leurs désirs, uniquement matériels, sont assouvis : des jouets par dizaines, des vêtements neufs (uniquement de marques), de la nourriture comme ils aiment, une maman toujours souriante et disponible, des parcs de loisirs. Un monde où les enfants sont rois.

Et vous, oui vous, pouvez y avoir accès. Il vous suffit de visionner quelques vidéos d’une chaîne Youtube ou d’un compte Instagram mettant en scène le quotidien d’un enfant. Delphine de Vigan imagine celui de Kimmy, six ans et Sammy, huit ans filmés quotidiennement par leur mère, Mélanie Claux. Elle-même est une frustrée de la télé-réalité. Bercée par le Loft, elle a participé à un épisode d’une série du même genre avant d’en être exclue et de sombrer dans l’oubli dont elle n’est en fait jamais sortie. Au lieu de lui servir de leçon, cet échec l’a poussée à vivre le succès médiatique à travers ses enfants.

Elle les filme toute la journée, plaçant des produits qui lui rapporte de l’argent, beaucoup d’argent. Les spectateurs pensent regarder une famille sans fard ni trucage alors que tout est mis en scène dans ses moindres détails. En particulier les enfants toujours souriants, gais, adorables alors qu’ils sont manipulés dès leur plus jeune âge. Comment vont-ils ? Toujours très bien !!!! Sont-ils contents de participer à un ixième challenge à la con ? Ouiiiii, ils sont super contents !!! Heureux ils sont car ils ont les meilleurs parents du monde : ceux qui comblent tous leurs désirs, achètent tout ce qu’ils veulent aussitôt qu’ils en ont envie.

Mélanie leur fait croire que c’est la vie. Mais la vie, la vraie, ils l’affrontent à l’école où les choses sont bien plus difficiles. Ces enfants stars dont les vidéos sont vues des millions de fois, sont aimés, adulés, idéalisés mais aussi moqués et détestés.

Et un jour, Kimmy disparaît au cours d’une partie de cache-cache. Pas de rançon dans un premier temps puis un ongle arrive par La Poste. Mélanie ne comprend pas, elle ne comprend d’ailleurs pas grand-chose, enfermée dans la bêtise médiatique depuis toujours. On plaint l’enfant, pas cette mère complètement mythomane qui croit au monde d’illusions qu’elle s’est créé. Elle est proprement décervelée, incapable de réfléchir en dehors de sa bulle.

Par contre, on comprend que la gestion d’une chaîne Youtube est un travail à part entière qui peut rapporter énormément d’argent. Alors que les enfants renvoient l’image d’un quotidien idéal, ils sont en fait instrumentalisés, dressés, calibrés pour rapporter de l’argent. Le nez collé sur le compteur de vues et de like, la mère est le grand ordonnateur de cette manipulation.

Face à elle, Clara Roussel mène l’enquête. Elle est son opposée totale : intelligente, célibataire, hermétique aux médias et à Internet.

Ce duo très binaire est un point faible du roman de Delphine de Vigan qui en compte d’autres. Pour faire court, Les enfants sont rois vaut avant tout pour son aspect documentaire. Si comme moi vous ne connaissez pas ce monde des enfants youtubeurs alors vous apprendrez beaucoup. L’auteur choisit de ne pas juger la mère : elle met Mélanie en scène, décrit ses aspirations, sa frustration, la montée en puissance de sa chaîne « Happy Récré ». Mélanie évoque sans cesse « l’amour » que les fans portent à Kimmy et Sammy. Sans pluie de paillettes et avalanches de coeur, elle n’est plus rien. Elle assouvit enfin à travers la mise en scène de ses enfants à l’écran l’immense besoin de reconnaissance que la vie ne peut lui apporter. Qui en effet pourrait s’intéresser à une femme dont le seul horizon est Les anges de la télé-réalité ? Un homme dont l’horizon est Koh Lanta, peut-être…

Delphine de Vigan décrit sans juger, ce qui est intéressant mais n’empêcher pas le lecteur de le faire. Pour ma part, je m’interroge. Je pense que personne n’est condamné à la bêtise, que chacun a les moyens de choisir une autre voie. Mais en lisant ce roman, on comprend que des individus grandissent dans un bain d’idiotie permanente. Qu’ils ne connaissent rien d’autre, ne voient rien d’autre, n’imaginent rien d’autre. Cette illusion de bonheur consumériste dès l’enfance est leur seul horizon. Ont-ils les moyens intellectuels de le dépasser ? Probablement pas. Faut-il les plaindre ? J’ai du mal… De même, peut-on compatir quand ceux qui se sont exhibés sur les écrans pendant des années se plaignent d’être harcelés dans la rue ? On plaint les enfants, victimes de leurs avides parents (que leur avidité soit financière, médiatique ou autre), c’est tout.

D’un point de vue littéraire, le style de Delphine de Vigan n’a pas beaucoup d’intérêt. Le choix d’une écriture essentiellement factuelle est parfois lassant. L’intrigue traîne un peu en longueur même si sa résolution arrive quatre-vingts pages avant la fin. L’auteur choisit en effet de se projeter dix ans après les faits dans la dernière partie, sur le mode « que sont-ils devenus ? ». C’est assez artificiel car tout ce qui est décrit ressemble à un condensé de romans d’anticipation à court terme. Société de surveillance, réseaux omniprésents et population zombifiée. Sauf bien sûr ceux qui comme Clara Roussel se sont détournés depuis longtemps des écrans et ont ainsi sauvegardé leur santé mentale. Je ne suis pas contre cet évident constat mais je le trouve un peu lourdement mis en scène ici. Les enfants sont rois manque de nuance tant dans le fond que dans la forme.

.

Delphine de Vigan sur Tête de lecture

.

Les enfants sont rois

Delphine de Vigan
Gallimard, 2012
ISBN : 978-2-07-291581-9 – 347 pages – 20 €

Pour recevoir le dimanche des nouvelles de Tête de lecture…

Les enfants sont rois de Delphine de Vigan

13 commentaires sur “Les enfants sont rois de Delphine de Vigan

  1. Ce titre titille ma curiosité depuis sa sortie, pour sa thématique essentiellement, mais les bémols exprimés ici et là m’ont jusqu’à présent retenue. Les tiens enfoncent le clou ! Par ailleurs, je sors de la lecture de Florida, d’Olivier Bourdeaut, où l’on retrouve cette thématique d’enfants instrumentalisés par leurs parents, mais qui m’a aussi laissé dubitative par un traitement caricatural…

    Ravie de ton retour, en tous cas !

    1. Hello ! Il y a eu un documentaire sur Arte sur le sujet je crois, qui doit combler le besoin d’information. Et je crois qu’un sujet comme celui-là demande plus de finesse quand il devient objet littéraire.

  2. Je me demandais bien ce que tu devenais! Trop de travail?
    Quant au roman, j’ai bien sûr envie de le lire, mais pour l’emprunter en bibli, c’est long, et pas question de l’acheter, vu le peu d’enthousiasme de certains billets.

    1. Oui, du travail et beaucoup de gros projets en cours. Ce livre-là m’a été prêté dès mon premier jour de vacances, c’est pourquoi je l’ai lu. J’avais plutôt un bon souvenir de D’après une histoire vraie et surtout je vais lire bien plus de romans écrits par des femmes (pour une formation), voilà pourquoi mon retour se fait avec cette auteur qui n’est pas forcément ma tasse de thé.

  3. Voilà une autrice qui ne m’attire pas du tout, je n’ai rien lu d’elle et je ne pense pas commencer avec celui-ci. En voyant ton post, je me suis dit, tiens, elle a un peu plus de temps pendant les vacances 😉 J’espérais bien te revoir un jour. J’attends la suite de tes lectures avec curiosité.

    1. Eh oui, les vacances, quel bonheur ! Je pense d’ailleurs sérieusement à des vacances semi-permanentes, histoire de profiter de la vie 😉 A bientôt !

  4. She is back ! Bon le livre ne m’intéresse pas du tout, je continue à poster mes photos de gâteaux sur Instagram.
    Hâte d’avoir de tes nouvelles, même si ce sont des nouvelles de tes lectures.

    1. Jamais mis les pieds sur Instagram, et c’est vraiment tant mieux… enfin sauf pour tes gâteaux qui sont sans aucun doute magnifiques… si on pouvait aussi les manger, je m’inscrirais sûrement 🙂

  5. Ton retour avec un roman français plutôt médiatisé, voilà de quoi m’étonner ! 😉
    Le livre ne me tente pas trop, j’en ai lu d’excellents résumés, dont le tien, et je sens que ça me hérisserait le poil, des parents comme ceux-là !

    1. Je vais sans doute encore t’étonner car je vais lire des écrivain.e.s françaises (pour une formation) dont certaines ne me tentent pas vraiment. Ceci dit, je ne sais pas si je prendrai le temps de les chroniquer, c’est toujours assez long. J’espère cependant retrouver un peu de régularité, alors à bientôt 😉

  6. Bien contente de te lire à nouveau ! Même si c’est sur un titre aussi médiatisé … Ton billet m’ a fait sourire, tu lui trousse bien son fait à ce roman, qui me m’attirait pas du tout, même si en poche, je lui aurais peut-être laissé une chance, parce que j’avais quand même trouvé une certaine force à Rien ne s’oppose à la nuit. Je vais plutôt rechercher le documentaire d’arte pour avoir une vision moins caricaturale de ces enfants et de ces parents d’enfants rois.
    J’espère que trouveras le temps de chroniquer les auteures françaises que tu dois lire, tu attises ma curiosité. Bon courage pour les différents projets.

  7. Un roman très demandé en bibli, mais… une bibliothécaire m’a prêté son exemplaire, et je l’ai dévoré en moins de deux jours. Tu as raison, le côté documentaire est intéressant (et effarant!).
    Bon courage avec tes auteurs et auteures , contemporains je suppose?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut
Send this to a friend
Bonjour,
voici un article à lire sur Tête de lecture : http://yspaddaden.com/2021/07/20/les-enfants-sont-rois-de-delphine-de-vigan/