Plan du site

Si vous souhaitez naviguer sur ce site à travers ses différentes catégories :

Si vous souhaitez explorer les différentes pages :

 

4 commentaires sur “Plan du site

  1. Perfetti Jeff

    Bonsoir,

    Je viens tout juste de m’abonner. Je découvre votre webzine littéraire. Je suis séduit par sa diversité et sa richesse. Proposer un accès à la puissance des imaginaires, c’est à ce stade ce qui me frappe !

    J’aimerai avoir votre avis sur un point : Quels sont pour vous les 3 romans français qui mériteraient d’être adaptés en séries tv et qui ne le sont toujours pas ?
    Je suis affligé par le niveau de la série française et je ne comprends. Les américains font « Show me a Hero », « the Leftovers », « the night of » ou « the Knick (je ne cite pas les plus populaires), les anglais font « Peaky Blinders » ou « Broadchurch » ou « The red riding trilogie » d’après David Peace, les Danois font « Borgen » … Bref !!! Sommes nous condamnés à Joséphine Ange Gardien, Braquo ou autres Malaterra (adaptation française du même Broadchurch) ?

    Est ce un voeux pieux que d’imaginer un roman français à la source d’une série TV géniale ?

    Je vous envoie toutes mes ondes positives pour la continuation de votre webzine.

    Bien à vous.

    JF.

    • Sandrine

      Bonjour Jeff, bienvenue sur Tête de lecture et merci de ce commentaire.
      Je ne suis malheureusement pas bien placée pour parler de séries télé. J’en regarde peu (je n’ai pas la télé) et je ne connais pas les contraintes d’un bon scénario. J’imagine qu’on peut rater l’adaptation d’un très bon roman, et en sublimer un mauvais…
      Si c’est une question de rythme narratif et de découpages, peut-être pourrait-on s’intéresser aux romans initialement parus en feuilleton ?
      La dernière série française que j’ai vue c’est « Les Revenants » : je l’ai trouvée réussie (si on ne la compare pas à des séries anglo-saxonnes), elle a d’ailleurs été ensuite adaptée en roman !

  2. JF

    Bonjour Sandrine,
    Merci pour votre réponse.
    En effet, la construction d’une fiction TV ou Ciné (arc narratif, rythme, découpage …) est une grammaire dédiée. Elle intervient vraiment dans une 2nde étape. Mais les 3 piliers porteurs restent : 1 histoire, 1 histoire, 1 histoire ! C’est là que nous revenons sur nos lectures (romans, nouvelles, articles de presse …).

    Je suis hypnotisé par l’oeuvre de Cormac McCarthy et les adaptations cinématographiques « no country for old men » ou « la route » m’ont poussé à relire les romans.
    Le film de 1968 « The swimmer  » m’a fait découvrir l’univers de John Cheever, « The night of the hunter » celui de Davis Grubb…

    Quelles histoires pas encore adaptées au cinéma feraient pour vous des grands films ?

    Bon dimanche de lecture. Je poursuis mon immersion dans les archives de vos chroniques.

    Bien à vous.

    JF.

    • Sandrine

      Je crois que je vais vous décevoir. J’ai tellement, tellement aimé La Route que je n’ai pas voulu voir l’adaptation. Ce livre, je l’ai dans ma tête et ma version me convient. Il m’est arrivé exactement la même chose avec Le Trône de fer : en lisant les romans, je me suis représenté les personnages, les lieux, les costumes, les situations. L’annonce d’une adaptation ne m’a pas du tout enthousiasmée et à ce jour, je n’ai pas vu un seul épisode. Malheureusement, j’ai vu la bande annonce et Stark et Cersei ont désormais un visage, celui que tous les téléspectateurs leur ont donné. A mes yeux, c’est très réducteur. Je ne pense pas à un roman en termes cinématographiques. Ou alors, c’est souvent que le livre a été écrit pour être adapté et que c’est tellement mal fait que je le vois.
      Mes représentations me conviennent et surtout, je n’ai pas envie qu’elles soient amputées par celles d’autrui, même talentueux. Ça doit sans doute être prétentieux…
      Je ne connais pas un film qui rende la complexité psychologique d’un personnage de roman. Les adaptations ne peuvent faire mieux que les suggérer, je crois. Et moi ce que j’aime le plus dans les romans, c’est la complexité psychologique des personnages, leurs méandres, leurs revirements, leurs conflits. Que peut l’image ?
      Les adaptations que j’ai appréciées sont tirées de romans plutôt légers et/ou drôles à la base : Peau d’Ane, Princess Bride, Sweeney Todd, Autant en emporte le vent (j’ai vu ces films plus d’une dizaine de fois chacun…). Les romans policiers fonctionnent bien aussi, parce qu’on est sur les faits plus que sur les personnages, mais quand on va vers des policiers plus psychologiques, ça coince, comme avec Shutter Island où l’adaptation n’est pas une totale réussite.
      Et pour que vous ne restiez pas sur un jugement un peu biaisé de mes goûts cinématographiques suite à cette énumération de films, sachez que les films que je regarde le plus souvent relèvent du fantastique, de l’épouvante et de l’horreur… J’ai vu par exemple de nombreuses adaptations de Dracula et de Frankenstein et aucune ne m’a vraiment convaincue (en tant qu’adaptations s’entend, car j’admire Tod Browning et James Whale), surtout pour ce dernier : rendre la solitude du monstre dans toute son ambiguïté est un véritable défi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *