exil

Le monde libre de David Bezmozgis

David Bezmozgis fait partie de ces jeunes auteurs nord-américains repérés par le New Yorker parmi les « 20 Under 40 » qui se distinguent. Jeune auteur donc, canadien celui-là, aux origines lettonnes, c’est-à-dire soviétiques. Le Monde libre raconte l’histoire d’une famille, les Krasnansky, qui pourrait être la sienne,  qui vient de quitter Riga pour le monde libre. La[…]

Les dénonciateurs de Juan Gabriel Vásquez

Dans ce roman, le premier de l’écrivain colombien Juan Gabriel Vásquez traduit en français, il est question d’un sujet peu connu, assez rarement abordé, celui des Allemands exilés en Colombie durant la Seconde Guerre mondiale. Le narrateur, Gabriel Santoro, est journaliste. Il a publié un livre-reportage sur Sara Guterman, une amie de son père (qui se[…]

L’odyssée du Winnipeg de Ramón Chao

C’est à la fin de l’été 1939 que deux mille cinq cents hommes, femmes, enfants et vieillards, pour la plupart communistes, tristes vaincus de la nouvelle Espagne franquiste et proscrits de l’histoire, embarquent à Bordeaux sur un improbable bateau. Il a pour nom Winnipeg. Pour armateur, Pablo Neruda. Pour destination, Valparaíso. Le narrateur s’appelle Luis[…]

La fête de l’ours de Jordi Soler

Souvent dans les familles, il y a un héros posthume, un ancêtre mort trop tôt et auquel ses descendants tissent une légende toute de majuscules et d’abnégation. La famille de Jordi Soler est originaire de Catalogne. Suite à la guerre d’Espagne, le grand-père a fui son pays par la France et après un long internement[…]

Les exilés de la mémoire de Jordi Soler

La fin de la guerre d’Espagne et les répressions franquistes occasionnèrent l’exil massif de Républicains espagnols : plus d’un demi million de personnes passèrent la frontière pour se réfugier en France où elles croyaient trouver de l’aide, un toit peut-être pour eux et leurs familles. Mais elles furent parquées dans des camps, surveillées par des[…]

Welcome de Philippe Lioret

Bilal a dix-sept ans. Il vient d’arriver d’Irak à pied et n’a qu’une envie : s’embarquer pour la Grande-Bretagne et rejoindre à Londres sa douce amie Minâ. Mais pour l’heure, il est bloqué à Calais après une tentative ratée de passage clandestin dans un camion. Après quatre mille kilomètres à pied, ce ne sont pas trente kilomètres[…]

Retour en haut
Send this to a friend
Bonjour,
voici un article à lire sur Tête de lecture : http://yspaddaden.com/2009/03/17/welcome-philippelioret/