Pourquoi j’ai mangé mon père de Roy Lewis

Autant le dire tout de suite, le pleistocène n’est pas une période qui inspire beaucoup les auteurs de romans historiques. La vie y était pourtant dangereuse, voire rocambolesque et donc susceptible d’alimenter d’intéressantes épopées ou de passionnants feuilletons. Nos auteurs sont peut-être rebutés par le contexte peu connu, les sociétés…

Lire a suite…

La fille du bourreau d’Oliver Pötzsch

La fille du bourreau, c’est Magdalena  de la lignée des Kuisl, tout comme Oliver Pötzsch qui signe ici son premier roman. Diable, sorcière, trésor : les superstitions vont bon train dans la Bavière de 1659, les meurtres aussi. Un meurtrier s’acharne sur les orphelins de Schongau, ces enfants placés dans des…

Lire a suite…

Les nuits blanches du Chat botté de Jean-Christophe Duchon-Doris

Puisque c’est de contes qu’il s’agit, tout commence par « Il était une fois… » et s’achève par « ils se marièrent, vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants ». Entre ces deux clins d’œil incontournables, beaucoup de jeunes filles dévorées, d’enfants abandonnés, un chat botté et des mystères au cœur du massif alpin en…

Lire a suite…

Les fleurs d’hiver d’Angélique Villeneuve

Il va bientôt être difficile de faire dans l’original en matière de romans sur la Première Guerre mondiale. L’originalité n’est d’ailleurs pas un critère déterminant : une même histoire peut être racontée des milliers de fois, pourvu qu’elle le soit bien. Et avec Les fleurs d’hiver, Angélique Villeneuve touche au sujet…

Lire a suite…