auteurs argentins

Living de Martín Caparrós

Living de Martín Caparrós est un roman surprenant, picaresque, latin, parfois obscène et souvent grinçant. Instable au final car il varie les registres et promène le lecteur étonné à travers les méandres d’une histoire plus alambiquée qu’il n’y parait au départ. Tout commence comme un récit de vie : c’est Nito qui raconte la sienne, lui[…]

La maison des belles personnes de Gabriel Rolón

Pablo Rouviot est psychanalyste à Buenos Aires. Célèbre, controversé, il ne laisse personne indifférent. Il reçoit un soir en consultation tardive la belle et jeune Paula Vanussi qui lui fait une demande hors norme : qu’il soit l’expert qui atteste de l’irresponsabilité pénale de son frère Javier Vanussi qui a avoué le meurtre de leur père et est[…]

Chamamé de Leonardo Oyola

Le lecteur est prié d’attacher sa ceinture avant d’embarquer aux côtés de Manuel Ovejedo, dit El Perro : le rythme de ce roman furieusement rock’n’roll risque d’en débarquer plus d’un. Chaque chapitre débute par une mise en exergue de paroles de chansons. Je n’en connais pas cinq pour cent : s’agit-il là d’un livre pour happy[…]

La Capitana de Elsa Osorio

« Mika Etchebéhère est une des grandes oubliées de l’histoire » écrit Elsa Osorio dans la postface de cette biographie romancée consacrée à cette révolutionnaire effectivement mal connue. Mika Feldman naît en Argentine en 1902 de parents juifs d’origine russe immigrés à la fin du XIXe siècle pour échapper aux persécutions et à la misère. C’est dans[…]

Le soldat inconnu vivant de Le Naour et Lirussi

Jean-Yves Le Naour est historien, spécialiste de la Première Guerre mondiale. Il a plusieurs essais à son actif, dont en 2002 Le soldat inconnu vivant devenu aujourd’hui une bande dessinée grâce aux éditions Roymodus et aux dessins de Mauro Lirussi. Si le soldat inconnu vivant a tout d’un personnage de fiction, il a pourtant effectivement existé[…]

Purgatoire de Tomás Eloy Martínez

Après trente ans, Emilia retrouve enfin son mari, Simón. Trente ans de recherches, d’espoir, d’amour. Car malgré tous les témoignages, Emilia a toujours su que son mari était vivant.  Qu’il n’ait pas vieilli, qu’il soit habillé et coiffé comme à la fin des années 70 importe peu, le principal est qu’il soit revenu. En 1977,[…]

Retour en haut
Send this to a friend
Bonjour,
voici un article à lire sur Tête de lecture : https://yspaddaden.com/2012/06/04/purgatoire-tomas-eloy-martinez/